2020 Harley-Davidson Livewire Review – Premier tour – Les 2 roues électriques

Harley-Davidson Livewire 2020

Note de l'éditeur: 81,75%

Moteur 19.0 / 20
Suspension / Manipulation 12,0 / 15
Transmission / Embrayage 10/10
Les freins 9.5 / 10
Instruments / Contrôles 4,25 / 5
Ergonomie / Confort 8.0 / 10
Apparence / qualité 9,0 / 10
Désirabilité 7.0 / 10
Valeur 3.0 / 10
Score global 81.75 / 100

Pour évaluer le 2020 Harley-Davidson Livewire, vous devez abandonner tout ce que vous savez – et tout ce que vous pensez savoir – sur Harley Davidson. Les ennemis vont pleurer. C’est une réponse à une question que personne ne se pose. Il faut dire instinctivement à Harley de s’être aliénée pour en aliéner son cœur, sa combustion interne, son client (regardez notre Publication sur Facebook pour preuve).

Mais la réalité est que The Motor Company (en fait, l’industrie de la moto dans son ensemble) a besoin de sang neuf pour remplacer son noyau vieillissant de motocyclistes. Et qu’on le veuille ou non, ce n’est pas un secret pour personne que l’électrification des transports et la mobilité des personnes sont la voie de l’avenir. Maintenant, avant de vous mettre dans les bras, sachez ceci: Harley-Davidson ne tourne pas le dos à ses motos à combustion interne traditionnelles.

Cependant, comme vous le dirait tout bon conseiller financier, il est bon de se diversifier. C’est pourquoi, en plus de sa gamme de croiseurs et d’ensacheuses, nous allons voir une gamme importante et distinctement différente de Harley-Davidson dans les années à venir, notamment des vélos Adventure, Streetfighters et, bien sûr, de l’électricité.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Cela semble toujours bizarre à dire, mais il s'agit d'une moto électrique Harley-Davidson.

Il est maintenant très rare que le PDG d’un fabricant – sans parler de Harley-Davidson – assiste à une présentation à la presse d’un nouveau modèle. Pourtant, Matt Levatich se tenait devant nous. Il a pris la parole et s'est adressé à la foule de journalistes réunis pour souligner à quel point sa société et lui-même sont déterminés à former la nouvelle génération de coureurs à l'échelle mondiale, à faire évoluer les mentalités et à attirer des coureurs actuels et futurs de tous âges. Livewire est le produit auréole qui ouvre la voie à une gamme de véhicules électriques Harley à venir.

Alors oui, ce vélo est très important pour la marque Bar-and-Shield.

Une toute nouvelle compagnie de moteur

Si vous gardez une trace de l’espace E-moto, vous connaissez sans doute Livewire. Le premier prototype de la machine a été construit en 2012 et depuis lors, 33 vélos très similaires à celle-ci ont été produits – à grands frais pour la société – et pris dans le monde entier dans le cadre d'une initiative qui s'apparentait à un groupe de discussion massif mieux connu sous le nom de l'expérience Project Livewire. Enfer, on a même eu la chance de faire du vélo il y a quelques années.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

L'ancien MO E-i-C, Kevin Duke, peut être vu ici sur un prototype Livewire du Project Livewire Experience. Le 2020 Livewire n’est pas du tout pareil. Comparez et contrastez l'image ci-dessus et certaines différences incluent le nombre de disques de frein, le capot de phare (ou l'absence de capot), le moteur, la batterie, le capotage et la section arrière.

Selon Glen Koval, ingénieur en chef, ce que vous voyez ici est une moto tout à fait différente de Project Livewire. Bien que l’apparence soit très similaire, il n’ya pas de pièce partagée. Cette familiarité était intentionnelle parce que, comme Koval l'a expliqué, la conception du vélo est essentielle pour Harley-Davidson, et la conception H-D est centrée sur le moteur. Au moins maintenant, le cahier des charges peut être grammaticalement correct. Regardez un peu plus près les anciens et les nouveaux Livewires et les différences subtiles se révéleront.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Cette bête de batterie est ce que Harley appelle le système de stockage d'énergie renouvelable.

Positionné bas et contrasté par sa couleur argentée, le moteur à aimant permanent interne à refroidissement par liquide – appelé code HD Revelation Motor – est le point de mire de l'œil et produit une puissance revendiquée de 105 CV (78 kW) et de 86 lb-pi. vous tordez les gaz. Au-dessus se trouve le système de stockage d'énergie renouvelable RESS – ou une batterie pour vous et moi. Évalué à 13,6 kWh nominaux (15,5 kWh maxi), Harley l’appuie avec une garantie de cinq ans sans limite de kilométrage. Même au-delà de ces cinq années, H-D pense que la batterie durera toute la vie de la moto. Son boîtier en aluminium refroidi par air fait office de grand dissipateur de chaleur, tandis que ses ailettes servent à la fois à refroidir et à tenter de retrouver l’esthétique à ailettes si familière des Harley’s V-Twins. Il est évalué à 146 miles en ville, selon la norme MIC, et à 95 miles combinés ville / route, ce qui est un chiffre plus réaliste. Bien sûr, toute personne avec une main droite lourde peut faire chuter ces chiffres.

Ce qui est intéressant à propos de la batterie: pesant environ 215 lb, le RESS est une structure massive placée au centre de la moto. Son utilisation en tant qu'élément porteur du châssis signifie qu'il absorbe une grande partie du mouvement latéral d'un cadre traditionnel. Koval et son équipe en ont profité pour concevoir le «cadre» en aluminium (qui ressemble davantage à une structure) autour de celui-ci de manière à ce que ses parois soient extrêmement minces, ce qui le rend si léger que vous pouvez le prendre d'une main. Regardez de plus près et vous verrez qu’il n’ya pas une seule soudure sur le cadre ou le bras oscillant. Au lieu de cela, il y a une série de boulons. Koval a révélé que c'était la clé pour rendre la plate-forme Livewire modulaire afin de produire les futurs modèles. Retirez les six boulons de fixation du support de tête, remplacez-le par un autre avec des angles de géométrie modifiés et vous obtenez une toute nouvelle extrémité avant. L'échange de composants peut être effectué sur l'ensemble du vélo, ce qui permet essentiellement de créer une motocyclette de montage.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Ce sont les boulons, et non les soudures, qui préservent le cadre Livewire à parois minces. Sur le devant de la photo, vous pouvez voir trois des six boulons maintenant la tête (à gauche) en place. Sortez l'ancien, insérez le nouveau et vous avez une nouvelle moto!

Harley a peut-être raison de dire que les moteurs sont au cœur de l'entreprise, mais pour moi, mon regard est d'abord attiré par le réservoir d'essence factice. Dans ce cas, c’est le logement du port de charge. Le bouchon de remplissage s'ouvre pour révéler le port de charge rapide J1772 et DC. En utilisant ce dernier, une batterie épuisée peut atteindre une charge de 80% en 40 minutes. Un complément complet prend une heure. La méthode de chargement la plus lente – le chargeur de niveau 1 fourni, qui se branche sur votre prise murale domestique standard et est rangée sous le siège – prend environ 10 heures pour reconstituer une batterie déchargée.

À partir de là, les composants sont plus familiers. Showa fournit la suspension avec la fourche SFF-BP et l’amortisseur léger sans coussinet arrière (tous deux entièrement réglables), tandis que Brembo fournit la puissance de freinage avec deux disques de 300 mm et des étriers à montage radial et à quatre potentiomètres. Les pneus Michelin Scorcher co-marqués touchent le sol dans des tailles communes: 120 / 70-17 à l'avant, 180 / 55-17 à l'arrière.

Ce que vous ne pouvez pas voir, c’est le RDRS de Livewire, ou système de conduite réflexe et de défense réflexe, également appelé aides à la conduite électroniques, comme il est de plus en plus utilisé en moto. Basé sur une unité de mesure d'inertie (Bosch) à six axes de Bosch programmée avec le logiciel Harley-Davidson exclusif, il permet l'ABS en virage, le contrôle de traction amélioré en virage, l'atténuation de l'élévation de la roue arrière et un système de contrôle du glissement à couple; Empêcher essentiellement le blocage de la roue arrière du freinage par récupération (par exemple, sur une route mouillée ou sur des surfaces glissantes) – considérez-le comme une version électronique d'un embrayage à glissement.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

L'écran TFT tactile est clair et informatif, et Harley dit même qu'il fonctionne avec des mains gantées, bien que mes mains gantées disent le contraire. Les clignotants à annulation automatique sont cool, mais pourquoi Harley est-il revenu à placer les indicateurs de virage de chaque côté?!

Livewire propose sept modes de conduite différents, quatre préréglés et trois personnalisables par l'utilisateur. Les quatre préréglages sont Sport, Route, Pluie et Portée. À en juger par les noms, vous devriez être capable de dire comment chaque compteur mesure la puissance, mais ce qui n’a pas d’emblée été évident, c’est le degré de freinage régénératif réglé. Sport, Route et Range offrent des quantités qui sembleraient instantanément familières à quiconque vient d'un vélo à essence. Le mode pluie limite la régénération pour éviter que la roue arrière ne se desserre (car TC ne fonctionne pas sans accélération, vous vous en souvenez?).

Enfin, il y a H-D Connect. Étant un produit destiné à une clientèle plus jeune et plus aisée, ces mêmes personnes sont également plus férues de technologie. Avec HD Connect, l’interface par abonnement utilise la connectivité cellulaire pour se connecter à une application afin de fournir au propriétaire le statut de sa moto, son état de charge, les notifications, l’emplacement des stations de recharge, des rappels et des mises à jour, et peut même avertir le propriétaire si bicyclette et la piste si quelqu'un décide de rouler avec elle. L’écran tactile TFT de Livewire dispose également d’une connectivité Bluetooth pour se synchroniser avec votre téléphone et fournir une navigation détaillée, ainsi que des informations sur la musique / les appels directement sur l’écran.

Une Harley qui ne fait pas de bruit

Avec tout le battage médiatique et la technologie à l’écart, l’important, c’est ce que le Livewire ressemble à la conduite. Harley a choisi Portland, en Oregon, pour plusieurs raisons: premièrement, d’après les représentants de Harley, le nombre de propriétaires de VE dans cette région est élevé, ce qui nous amène au deuxième point: les réseaux de charge rapide en CC se développent rapidement ici. Et troisièmement, notre trajet de 65 (ish) milles engloberait les environnements qu'Harley envisage d'occuper les propriétaires de Livewire; une traversée de la ville pour se rendre sur les routes sinueuses en route pour le travail.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Le virage en avant de Livewire n’est pas trop extrême, mais la conduite est un peu dure, du moins pour les pilotes plus légers. Une caractéristique intéressante est le Haptic Pulse ou «battement de coeur» de la moto à l’arrêt. Fondamentalement, lorsque Livewire n’est pas en mouvement, il émet une impulsion de l’aimant qui tourne autour du rotor et qui donne l’impression que le cœur bat à chaque seconde. Le revendeur peut le régler sur high, low ou l'éteindre complètement. Nos vélos d’essai étaient réglés au plus bas et, personnellement, c’était sensationnel; comme si quelqu'un était derrière moi en train de cogner mon pneu arrière toutes les deux ou trois secondes.

En sautillant sur, mon impression initiale était à quel point le Livewire est étroit. Ce n’est certainement pas votre Harley moyen. Le triangle coureur place le coureur un peu en avant, mais sans pare-brise, il est juste suffisant pour traverser le vent à grande vitesse sans se sentir trop loin des voiles.

Comme tous les appareils électriques, la partie enivrante du trajet consiste à tordre les gaz. Ce n’est pas différent avec le Livewire; tordez votre poignet (surtout en mode Sport) et accrochez-vous pour sauver votre vie, car cela vous déchirera les bras. L’accélération est hallucinante, et si vous êtes assez courageux pour regarder les jauges TFT claires et lumineuses, le tachymètre sautera plusieurs chiffres avant d’arriver à trois chiffres. Finalement, l’esprit s’adapte à la poussée, s’habitue au silence et commence à apprécier la facilité avec laquelle les motos tournent et repartent, ce qui laisse ensuite au cerveau un espace pour remarquer autre chose.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Par exemple, la qualité de roulement de Livewire est quelque peu surprenante. J'avais l'impression de sentir les pneus rouler sur le trottoir, chaque petite imperfection se transmettant à travers les pneus et les barres sous forme de bourdonnement à travers les barres. L’observance de la suspension aux deux extrémités était un peu dure aussi, même s’il semblait que (du moins pour le choc) il n’y avait pas beaucoup de précharge réglée. Un ressort trop raide peut-être? Bizarre, étant donné que la plupart des actions de printemps sont réservées aux petits gars de 150 livres comme le vôtre, mais peut-être que H-D a lancé la moto pour un Américain moyen (plus lourd) à la place. Néanmoins, sur les chaussées lisses, Livewire récompense le coureur qui traverse les virages. Essayez de forcer le vélo de 549 livres et il protestera, principalement en montrant une légère tendance à vouloir rester debout tout en freinant. Des vélos aussi lourds ne devraient pas être malmenés de toute façon.

Au début, j’avais peur que les rotors relativement petits de 300 mm ne soient pas en mesure de ralentir ce vélo lourd à plusieurs reprises. Cependant, en mode Sport (le mode dans lequel je l’ai gardé exclusivement), regen est réglé à environ 80% et après un peu d’expérimentation, vous constaterez que vous pouvez simplement utiliser le regen pour frotter à la vitesse dans les virages sans toucher les freins. À basse vitesse, vous pouvez même vous arrêter complètement. Donc, si vous vous retrouvez un peu trop chaud, une combinaison de regen avec une petite tape au Brembos devrait vous donner raison. Bien sûr, si vous êtes du type qui préfère la roue libre, régler le regen sur un réglage plus bas signifiera plus de travail pour les Brembos.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Après environ 65 miles entièrement en mode sport, et avec moi abuser de la batterie avec un poignet droit lourd à chaque occasion, mon Livewire a montré 22% de batterie restante. Si j'avais roulé comme une personne normale et sensée, je suis assez confiant que les 95 km combinés d'une ville seraient réalisables.

L'aube d'une nouvelle ère

Bien entendu, traiter le Livewire comme une moto de sport est un peu négligé. Harley-Davidson voudrait vous faire croire que Livewire n’est pas destiné à un «type» de coureur existant. C’est pour quelqu'un qui veut une moto électrique haut de gamme.

Et c'est là que je vois un problème.

En toute honnêteté, la Livewire est une très bonne moto électrique, méritant le statut haut de gamme que Harley-Davidson lui a imposé. Il vérifie toutes les cases qu'une électrique haut de gamme devrait: puissance brutale, esthétique, autonomie acceptable, capacité de charge rapide et fonctionnalités à fort contenu technologique. Mais voici le problème: à près de 30 000 USD (29 799 USD), il coûte pratiquement autant que l’Energica Eva, qui coûte entre 21 656 USD et 30 443 USD (Cependant, ce prix élevé inclut toutes les options disponibles pour Energica, y compris les bagages, les housses, vis anodisées. Optez uniquement pour les options de performance et vous êtes à 28 190 $).

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

Plus important encore, il est nettement plus cher que le Zero SR / F (18 995 USD – 23 295 USD), ce qui, selon certains, est le porte-drapeau de la catégorie. Il a en grande partie les mêmes caractéristiques techniques, de chargement et de performance, et gère sans doute mieux. Indépendamment de ce que vous préférez parmi les trois, la barrière à l'entrée est élevée, ce qui signifie que ceux qui peuvent la traverser forment un groupe incroyablement petit.

Mais le pire de tous pour les motos électriques (du moins à ce jour) est le manque d’incitations fédérales pour compenser ce coût initial élevé, reléguant ces machines aux rares nantis qui se considèrent comme des adopteurs précoces et qui souhaitent réellement une moto électrique. Pour compenser cela, tous les revendeurs agréés Harley-Davidson Livewire (au nombre de 250 environ dans le monde, 150 aux États-Unis) proposeront une recharge rapide en courant continu gratuite pendant deux ans à tous les propriétaires de Livewire. En outre, Harley fournira aux propriétaires américains Livewire une recharge gratuite de 500 kWh dans toutes les stations Electrify America DCFC. Cela équivaut à environ 40 accusations.

Revue du Harley-Davidson Livewire 2020

En fin de compte, soit vous aimez le Livewire, soit vous ne l’aimez pas. Ça ne fait pas forcément rien faux, mais cela n’enlève pas la catégorie, ce qui rend difficile la justification du coût par rapport à la concurrence. Mais reconnaissons à Harley d’avoir fini par entrer dans le match. Cela pourrait être le coup d'envoi dont l'industrie a besoin.

Discutez de cette histoire sur notre forum HD Livewire

AVANT PROPOS SUR LA LOCATION DE SCOOTER ELECTRIQUE 50CC VS LA LOCATION DE SCOOTER THERMIQUE 50CCnBon ! entendons-nous bien : l’objectif ici n’est pas de se placer en défenseur acharné de l’électrique dans les transports parisiens pour réduire les tv shows de CO2 ( ce n’est pas en positionnant 2 100 scooters 50cc électriques en location dans paris que le problème va être réglé ), et même de se adapté en défenseur irréductible du calorifique en arguant par exemple que l’extraction du lithium et des terres rares ( néodyme, dysprosium, samarium… ) nécessaires à la fabrication des batteries n’est pas vraiment… Ecologique. nNon, l’objectif est simplement de comparer les dépenses d’usage des deux catégories de automobiles et d’essayer d’en tirer des tendances sur l’évolution de ce marché à paris et dans les grandes métropoles régionales. nCoup et s’opposent dans sa ville de et partent à la conquête de nouvelles villes, françaises et européennes. Nous avons comparé ce que proposent les deux services en 2019. nArticle mis à jour le 2 avril 2019. nDans un produit complet, nous vous donnions nos imprimés sur le premier service français de location de scooter électrique, Cityscoot, qui s’étend en 2018 en France — et bientôt en europe. Le bien appellé avait beaucoup de qualités et quelques défauts et nous étions impatients de voir un peu de concurrence arriver sur ce domaine prometteur pour la mobilité urbaine non polluante. Le 17 août 2017, Cityscoot a été rejoint par un adversaire appellé Coup qui propose strictement la même chose, du moins conceptuellement : conserver des scooters électriques depuis , les déposer où bon vous semble ( mais pas sur les trottoirs ) pour qu’ils soient employés par d’autres utilisateurs. nET LA LOCATION DE SCOOTERS ELECTRIQUESnNous avons envisagé la location courte durée de scooters électriques mais en équivalent 125cc. , l’offre existante ne nous content pas, principalement parce que les modèles existants ne sont équipés pas de batteries amovibles. nL’usage d’un 125cc électrique ( le plus d’entre eux étant le BMW C-Evolution ) nous semble donc limité aux personnes habitant un pavillon en banlieue pour pouvoir recharger la nuit en toute tranquillité, ce qui restreint sensiblement le nombre de candidats potentiels. Bien sûr, il est évidemment possible de recharger le véhicule sur une borne publique mais elles ne sont pas installées en nombre suffisant et le coût des recharges peut vous faire regretter de ne pas avoir à payer un plein d’essence. nIl y a aussi la solution de restituer le véhicule à l’agence pour recharge mais cela ne concerne donc que les locations de très écourtée durée ( un jour ou deux ). nLancé il y a plus d’un an, Cityscoot, une start-up française, fait figure de pionnier et de leadeur sur ce service. Mais le dernier apparu, COUP, importé de Berlin par le groupe Bosch, a des arguments à faire valoir. Ce match entre deux poids lourds a déjà forcé un 3ème concurrent, Mober, à jeter l’éponge la semaine précédente. Cityscoot, comme COUP, propose des scooters entièrement électriques ( équivalent 50 cm3 ) en libre-service ( le casque est sous le siège, avec une charlotte jetable pour l’hygiène ), accessibles sans abo via une appli sur téléphone mobile, après une inscription gratuite. Il vous faut juste croire aux gants ( nécessaires ), et à vous garer sur des places réservées ( les amendes sont rares mais envisageables ). nDes points communs mais également beaucoup de différences entre ces deux services, que nous avons testés de temps en temps depuis leur démarrage ( il y a 15 mois pour Cityscoot, il ya deux mois pour COUP ). Comparatif. nCityscoot est le service de location de scooter électrique le plus classique à . Sans abonnement, la minute est facturée entre 0, 20€ et 0, 28€. nPour des voyages quotidiens domicile-travail de 20 minutes ( 40 minutes aller-retour ), il vous en coûtera entre 8€ et 11, 20€ par jour, soit entre 176€ et 246€ mensuellement pour les seuls trajets domicile / travail. Si on apporte aussi 2 trajets analogues le week end, l’addition est comprise 248€ et 347€ chaque mois. Ce budget est all inclusive, immissant l’assurance et les recharges. nL’achat d’un scooter électrique Niu N1s, facturé 2 638 euros, entraine de prendre une assurance ( environ 250 €/an en tous risques ) et de réaliser une révision chaque année ( environ 150 €/an ). Le coût de réalimentation revient à à peu près 0, 60 € pour 100 km parcourus. Pour couvrir tous les jours une distance domicile-travail de 5 km et deux déplacements analogues le week end, le coût de recharge mensuel s’élève à 1, 86 €. nLa batterie ayant une durée de vie estimée à au moins trente-mille km, l’espérance de vie du scooter électrique ( plus clairement de sa batterie ) est de 9 ans. nAu total, l’achat d’un scooter électrique revient à 59 euros mensuellement pour une durée d’utilisation de neuf ans. nDans l’hypothèse où vous ne gardez votre scooter électrique que 3 ans, le comparatif reste toujours favorable à l’achat d’un scooter électrique qui reviendra à une centaine d’€ par mois, soit moins de la moitié du budget consacré à City scooter à application équivalent. n|ACHAT SCOOTER ELECTRIQUE 50CC VS ACHAT SCOOTER THERMIQUE 50CCnLe Govec utilisé par Cityscoot pour ses locations coûte à l’achat 5 490 euros TTC alors que le Kymco utilisé par Lease Bike coûte 1 299 € TTC soit 4, 23 fois moins couteux. La différence de prix correspond à 2 253, 23 litres de exempte de toutes plomb 95 ( prix moyen à paris le 5 décembre 2017 ) soit à 90 129 kms supplémentaires parcourus avec un kymco selon les stastitiques constructeur. nAutrement dit, tout le monde sait que même à coups de bonus écologique, même en tenant compte des dépenses de maintenance d’un scooter thermique, vous n’arriverez jamais à rentabiliser votre scooter électrique, du moins en l’état actuel de l’innovation. nLe Gogoro choisi par Coup, la entreprise de Bosh concurrente de Cityscoot à paris coûte lui 2 700 euros TTC, soit deux fois moins cher que le Govec mais avec un mécanisme de location de batteries à 9 € tous les mois ( un peu comme pour les volkswagen Zoé ), et là, cela qui soit en conformité à un tarif de 30 129 kms de plus. Donc, en tenant compte d’un côté du coût des entretiens et de l’autre du coût de la location des batteries, vous devriez, en roulant par exemple 5 000 kms chaque année, avoir rentabilisé la nuance en… 12 ans ! nEn avril 2019 Coup a évolué sa facturation, passant d’un système au forfait à un équipement à la minute ( 0, 28 cts ). Cityscoot, de son aspect, facture 29 centimes par minute et propose des packs de minutes à acheter d’avance qui déterminent baisser le tarif, par exemple à 0, 22 cts pour un pack de 100 minutes. Nous avons fait quelques comparaisons sur des déplacements pour vous donner une idée. nEn d’autres termes, on s’aperçoit que Coup est toujours plus rentable, sauf quand l’utilisateur de Cityscoot prend un pack de minutes, auquel cas la facture diminution énormément. Coup propose aussi un tarif à la journée de vingt cinq euros ( pour 7h à 19h ) et un tarif nuit à 15 € ( de 19h à 7h ), ce qui peut être chouette pour faire du tourisme. Bref, les emplois sont bien couverts par les deux services. nLe scooter. Il s’agit d’un Govecs ( une marque allemande ), plutôt simple d’utilisation. Ne vous retardez toutefois pas à de colossales accélérations. C’est un des points faibles : il manque un peu de reprise et atteint péniblement les 50 km/h. Autre point négatif : son poids. Le scooter est difficile à placer sur sa béquille si l’on n’est pas habitué… ou pas assez costaud. nL’appli. Une carte couverte de points verts géolocalise les scooters. Vous cliquez sur le plus proche de vous, et il vous est limité pendant dix minutes. Cityscoot vous envoie un messages avec un code à quatre chiffres, vous le tapez sur le clavier situé sur le guidon, et il ne reste qu’à sortir le casque et se déplacer. Efficace. Avantage Cityscoot. nBientôt, il n’y aura pas que des scooters électriques que vous pourrez louer en libre-service à . Quelques années après le déclanchement des 50 cm3 de Cityscoot et Coup a paris, la start-up Troopy croit au développement d’une offre différente. Des scooters 3 roues Yamaha Tricity 125 cm3 pour pouvoir se déplacer plus loin à et en banlieue. Et toujours plus rapidement. ‘ A partir du 20 avril, nous lançons le premier service de scooter à la hauteur du Grand paris ‘, annonce Axel Vilaseca, PDG de la start-up d’à peine cinq salariés. ‘ Notre grande différence avec Cityscoot et Coup, c’est que nous ne sommes pas électrique, et comme nous proposons un 125 cm3, notre clientèle peuvent prendre le accessoires ou les autoroutes et sont garantis pour 2 passagers ‘, ajoute-il. Peu de personnes le savent mais, en action, les services de scooters électriques ne sont assurés que pour un seul passager. nIls sont bleus et de couleur blanche et ont débarqué dans la capitale il y a environ deux ans. Depuis, Cityscoot annonce 75 000 personnes et prévoit de se propager encore plus. Pour le moment, en compte 1 600 scooters et Nice 50. nSur le idée, Cityscoot rappelle les vélos en libre-service sans station qui sont apparus dans son quartier de ceux-ci mois, à l’image de Gobee ( qui a cessé son métier depuis ), Obike, Ofo ou aussi Mobike. il s’agit de scooters électriques disponibles uniquement la journée. dès lors que la solution installée sur son téléphone, l’utilisateur localise le scooter le plus près intègrer un casque, le réserve et le déverrouille avec un code. A la fin, le client gare le scooter sur une place autorisée aux deux-roues motorisés. Mais Cityscoot n’est pas la seul personne sur le marché, même si pour l’instant il a dit son leadership. Des concurrents comme Coup ou Troopy ont également fait leur apparition. n|LOCATION SCOOTER ELECTRIQUE 50CC VS LOCATION SCOOTER THERMIQUE 50CCnCityscoot facture ses prestations à l’utilisation de la voiture : 0, 28 euros TTC par minute. 0, 25 euros TTC par minute avec l’achat d’un pack Rider 100 minutes pour vingt cinq euros, mais également 0, 20 € par minute avec l’achat d’un pack Rider 500 minutes pour 100 euros. nCoup fonctionne un peu autrement en appliquant un tarif fixe de 4 € pour la première demie heure d’usage, et ensuite 1 € toutes les 10 minutes et en proposant un forfait la journée de 7 heures à 19 heures pour 25 euros et un forfait de nuit de 19 heures à 7 heures pour 15 euros. nLease Bike propose des forfaits à la journée ( 24 heures ) pour 40 €, de deux jours pour soixante dix €, d’une semaine pour 140 €, au mois pour 300 euros hors bonnes affaires. nSupposons que vous voulez faire le parcours suivant : vous partez du siège de Lease Bike dans le 15ème pour aller rendre à Alain et Johann chez Moto Champion dans le 18ème puis à Céline chez Academy scooters dans le 11ème pour enfin revenir à votre point de démarrage dans le 15ème. nEn d’autres matière, on s’aperçoit que Coup est évidemment plus rentable, sauf quand le bénéficiaire de Cityscoot prend un pack de minutes, auquel cas la facture baisse énormément. Coup propose également un tarif à la journée de vingt cinq euros ( pour 7h à 19h ) et un tarif nuit à 15 € ( de 19h à 7h ), ce qui peut être chouette pour faire du tourisme. Bref, les emplois sont bien couverts par les deux services. nLa zone. C’est le gros atout de Cityscoot : 1 500 deux-roues sont disponibles, sur l’ensemble du territoire de paris intra-muros ( a part les bois de Vincennes et Boulogne ), et par dessus le marché dans quatre communes limitrophes des Hauts-de-Seine, et non des moindres : Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux. Ce maillage a permis à Cityscoot d’obtenir déjà un million de déplacements, la semaine dernière. 7 000 locations sont effectuées chaque jour, pour une durée moyenne de 15 minutes, tandis que le service n’est disponible que de 7 heures à minuit. Là encore, avantage Cityscoot. nLe prix. Le tarif est à la minute : 0, 28 euros. A ce prix-là, mieux vaut ne pas trop traîner en route. alors que le temps pris pour revêtir son casque et démarrer le scooter est compris. Des prix dégressifs sont envisageables si vous achetez des minutes d’avance, mais ils ne descendent pas en dessous de 20 centimes la minute. La demi-heure revient donc à 6 euros minimum, contre 4 € pour COUP. nAu amorçage, 30 scooters seulement seront disponibles dans certaines zones géographiques bien spécifiques à l’intérieur de la capitale. Les premiers véhicules seront situés autour de la Porte Maillot et près de la Concorde. D’ici septembre, 100 scooters seront disponibles dans 6 zones où il sera envisageable de prendre et rendre les scooters ( voir plan ci-dessous ). objectivement, une application, prêt sur Android et iOS, permettra de débloquer le scooter, et ensuite de le restituer. L’objectif de la start-up est de passer à 300 scooters en 2019 a paris et d’ouvrir dénicher dans d’autres villes françaises d’ici 2020. L’entreprise sera rentable à partir de 1. 000 véhicules en circulation dans toute la France et à l’étranger. nA , la flotte de Troopy apparaît cependant bien faible comparée aux 1. 600 voitures de Cityscoot et bientôt 1. 700 de Coup. ‘ Nous avons plus vocation à avoir plusieurs villes avec des flottes de 200 ou 300 scooters surtout qu’une grosse flotte dans une seule ville ‘, se justifie Axel Vilaseca. ‘ Notre déploiement progressif effraie par ailleurs moins la mairie de paris que celui des vélos Gobee qui sont arrivés d’un coup de façon massive ‘, apporte le PDG. n|Selon les données Michelin du 6 décembre 2017 à 13h55, pour ne pas vous stopper et en retenant l’itinéraire le plus rapide ( hors utilisation du périphérique ), vous allez parcourir 26, 5 kms en 86 minutes. nIl vous en coûtera donc 24 € et 8 cents avec Cityscoot ( 17 euros et 20 cents avec le pack 500 ) en supposant que vous soyez vraiment rapide pour déverrouiller le scooter, mettre le casque et démarrer ; 10 € avec Coup et 40 € avec Lease Bike puisque la location est au minimum pour 24h. nBon maintenant, ce ne serait pas faire preuve de politesse si on ne profitait pas des visites dans le 18ème et dans le 11ème pour prendre un café et tchater un peu ( en conservant l’usage du scooter pour être sûr de ne pas se retrouver à pied ). Donc rajoutons une heure. nL’utilisation du scooter revient dans ce cas à 40, 88 € chez Cityscoot ( ou 29, 20 euros mini ), et à 16 euros chez Coup. nEn récap et pour ne pas abuser des chiffres, juste en matière de prix de location, Cityscoot n’est avantageux par rapport à Coup que pour les trajets de moins de 20 minutes, dans tous les autres cas, Coup est plus exceptionnel financièrement et assez nettement ( souvent deux fois moins couteux en fait ). Le coût d’une location à la journée de 24h avec Lease Bike est identique au coût de la location pour la même durée chez Coup ( exempte de toutes tenir compte parfois des frais d’essence ) et devient plus intéressant à partir d’une location de 2 jours, et a fortiori beaucoup plus avantageux pour une location d’une semaine ou d’un mois ( neuf, 68 € TTC journalier ). nCôté application, les deux se valent. On se retrouve avec une carte de la ville dans laquelle on se trouve et il est possible de faire le choix de un scooter à l’avance. Il sera limité et il suffit alors d’aller le essayer et de le débloquer avec un code unique sur la solution. C’est assez simple et en quelques minutes, on est prêt à se déplacer. nLes scooters Coup ont plus de patate que ceux de Cityscoot par défaut, mais l’application Cityscoot permet de résoudre l’accélération et la reprise selon trois crans ( option l’apanage des personnes confirmés ). nCoup est à votre disposition sur l’App Store et le Google Play — Cityscoot est aussi prêt sur la plateforme d’Apple et celle de google. nLe scooter. C’est un Gogoro, une marque chinoise. Sa manoeuvrabilité et son accélération sont bien meilleures que le Cityscoot. Sa béquille latérale, son assitance à la marche arrière, son plancher bas et son très large siège agréable rassureront les curieux effrayés par les puissantes cylindrées. Avec, en plus, un à la mode plus urbain et stylé. Avantage COUP. nL’appli. Plus stylée également, elle reprend les tons verts et gris du scooter. Les deux-roues sont aussi géolocalisés, et il est possible de les garder durant 15 minutes ( 10 pour Cityscoot ). Il n’est pas nécessaire de taper un code sur le guidon : le scooter COUP se dévérouille automatiquement par Bluetooth quand vous approchez de lui. Problème : la géolocalisation peut avoir des ratés, et, dans ces cas-là, inenvisageable de circuler. Autre point néfaste : l’appli ne fonctionne pas avec des variantes trop anciennes d’ios et d’Android. Mieux vaut avoir un téléphone mobile récentnLa zone. C’est l’un des points faibles. COUP ne quadrille pas encore le territoire parisien. La zone est limitée à l’intérieur du boulevard des Maréchaux, et il n’y a pour l’instant « que » 600 scooters disponibles. Bien mais pas suffisant par rapport à Cityscoot. nLe prix. COUP a opté pour le forfait de 4 € les 30 minutes. Que vous rouliez 3 ou 30 minutes, c’est le même tarif. Au-delà de la 31e minute, c’est 1 € en plus toutes les 10 minutes. Il est par conséquent plus exceptionnel que Cityscoot dès que vous dépassez le quart d’heure. Autre point fort : un tarif à la journée de 25 € maximum entre 7 heures et 19 heures, et de 15 euros maximum la nuit de 19 heures à 7 heures. Idéal pour les sorties. Avantage COUP. n|MAIS EN REALITE, IL N’EST PAS POSSIBLE DE COMPARER LES FORMULES EXISTANTES DE LOCATION DE SCOOTERS 50CC ELECTRIQUES ET THERMIQUES TANT ELLES REPONDENT A DES BESOINS DIFFERENTS. nLes offres proposées correspondent à des besoins différents. nIndéniablement, esthétisme pratique des offres de scooters électriques en libre-service séduit et continuera de charmer ceux et celles qui n’utilisent que ponctuellement ce mode de transport pour se rendre d’un point A à un point B par exemple mais aussi pour faire un aller-retour dans la journée ( à condition parfois de trouver facilement proche immédiate un véhicule chargé et prêt pour l’aller et le retour ). nCette offre est en réalité une option aux transports en commun ( métro et bus, voire taxis ) et ce n’est pas forcément l’objectif recherché au démarrage ( réduire les tv shows de CO2 ). nEn revanche, elle n’est pas, du moins pour l’instant, conforme dans bien des cas : nAinsi, les zones couvertes géographiquement sont limités à paris et quelques communes de près banlieue où les bureaux sont nombreux pour Cityscoot mais également à l’intérieur du boulevard des Maréchaux pour Coup ( comme c’était le cas aux débuts de Cityscoot mais nul doute que Coup va étendre rapidement cette zone de couverture ). Donc si vous désirez faire un depalcement Montreuil Vincennes ou Chatillon, problème. nIls sont nombreuses dans la capitale et commencent même à franchir le périph. Les 1 500 scooters électriques en libre-service de Cityscoot font dorénavant face à la concurrence des 600 deux-roues de COUP. Nous les avons comparés. nVous l’avez sans doute remarqué, à , parmi la dizaine de centaines de deux-roues motorisés, on compte maintenant plus de 2 000 scooters… qui n’appartiennent à personne. Ou en l’occurence, à tout le monde. Dix ans après les Vélib’, cinq ans après les Autolib, les scooters en libre-service sont en train de se faire une place sur la voie publique… et les trottoirs de la capitale. nScooter Électrique : Achat ou Location ? n6 février 2018 par Michael Picard Laisser un commentairenLes offres de location de vélos et scooters électriques se multiplient dans la plupart des grandes villes. Ces nouvelles solutions de déplacement répondent aux besoins des citadins et participent à réduire la pollution atmosphérique et sonore en ville. Si les offres de location de scooter électrique répondent parfaitement à des besoins occasionnels, sont-elles vraiment adaptées à un usage plus périodique ? Faut-il choisir la location ou l’achat d’un scooter électrique ? nContrairement aux scooters électriques 50 cm3, les usagers de Troopy devront avoir un permis moto, ou un permis B avec une formation de 7 heures, pour pouvoir accéder au service. La start-up a calculé que le public cible est de 466. 000 personnes en Ile-de-France. ‘ On s’adresse à ceux qui ont une utilisation ponctuelle des scooters ‘, développe le PDG de la start-up. nJe occulte qu’ils soient des concurrents, confirme Maureen Houel, directrice de Coup France, pointant la décision surprenante d’opter pour le thermique qui n’est pas dans de l’histoire. Des analyses disent d’ailleurs que les 2 roues thermiques polluent plus que les voitures ‘. ‘ Ce n’est pas un adversaire frontal, abonde Vincent Bustarret, directeur digital de Cityscoot. Nous n’avons jamais imaginé un service calorifique dans un environnement urbain car ce est un non sens ‘. Le directeur marketing de Cityscoot ‘ leur souhaite de trouver leur cible ‘ même s’il note ‘ qu’en ville, si on ne conduit pas comme un fou, on ne gagne pas beaucoup de temps avec les feux entre un 125 et un 50 cm3 ‘. n

2020 Harley-Davidson Livewire Review – Premier tour – Les 2 roues électriques
4.9 (98%) 32 votes