Il semble que Big Auto puisse miser sur des voitures volantes – L’ecologie au service de la mobilité

R-PUR >>> Tout simplement le Masque Anti Pollution le plus efficace du marché!!

Le 21ème siècle a déjà deux décennies. Mec, pourquoi n'avons-nous toujours pas de voiture volante? Les âmes pragmatiques pourraient répondre que, depuis l'apogée de la science-fiction des années 1950, nous nous sommes rendu compte que les voitures volantes ne sont ni particulièrement pratiques ni particulièrement nécessaires, et qu'il serait peut-être préférable de résoudre les problèmes créés par la variété liée à la terre avant d'en créer de nouvelles. frontières pour les embouteillages et la rage au volant.

  • Cet article nous est fourni par EVANNEX (qui fabrique également des accessoires Tesla pour le marché des pièces de rechange). Auteur: Charles Morris. Les opinions exprimées dans ces articles ne sont pas nécessairement les nôtres chez InsideEV.

Ci-dessus: Une vision vintage d'un avenir avec des voitures volantes (Source: Messy Nessy)

Cependant, le pragmatisme et l’aspect pratique n’ont jamais été les atouts de l’humanité. Il n’est donc pas surprenant que le rêve de voler des voitures soit toujours bien vivant. En fait, une nouvelle étude (publiée dans Nature), financée par un groupe du centre de recherche et d'innovation de Ford Motors dans le Michigan, affirme que, dans certaines applications, les voitures électriques volantes pourraient être plus écologiques que les «voitures de route» électriques (un nouveau la frappe?).

Hugh Hunt discute du nouveau document dans The Conversation et explique que l’idée qu’une voiture volante pourrait être plus efficace qu’une voiture de route n’est pas aussi folle que cela puisse paraître au premier abord. Voler n’est pas intrinsèquement inefficace. Nous savons tous que les avions de ligne à réaction consomment d’énormes quantités d’énergie (un avion à réaction peut émettre jusqu’à 100 kg de CO₂ par passager et par heure), selon M. Hunt. Cependant, peu de gens sont peut-être au courant des incroyables exploits aériens des oiseaux – pour ne citer qu'un exemple, chaque printemps, des millions de minuscules oiseaux chanteurs volent directement dans le golfe du Mexique, restant en l'air pendant 30 heures ou plus, sans manger.

Une voiture volante à quatre passagers tomberait bien sûr entre ces deux extrêmes. Les concepteurs de véhicules électriques volants (comme vous le lirez ici dans EVANNEX) étudient l’aérodynamique des oiseaux et optimisent les ailes et les hélices pour offrir une portance maximale avec un minimum de traînée, ce qui se traduit par une consommation d’énergie et des émissions réduites.

Les FEV examinés par le nouveau journal sont des avions à décollage et atterrissage verticaux (VTOL), mais ils ne ressemblent en rien au Harrier Jump Jet, qui dispose de deux moteurs à réaction mobiles qui génèrent des quantités incroyables de poussée (et de bruit). Les voitures volantes seraient des animaux beaucoup plus petits et plus légers, conduits par plusieurs minuscules ventilateurs électriques. Comme l'explique Hugh Hunt, cette technologie de propulsion électrique distribuée (DEP) est la clé de l'efficacité, ainsi que d'un décollage et d'un vol stationnaire plus silencieux.

Selon les auteurs du journal, pour des trajets d'environ 60 km, les FEV pourraient être jusqu'à 35% plus efficaces que les voitures fonctionnant au gaz au sol, bien que pour des raisons évidentes (la gravité est une chienne, dit-on), ils seraient toujours moins efficaces. que les véhicules électriques ordinaires (routiers).

Dans quelle mesure les véhicules électriques sont-ils plus efficaces que les véhicules à combustion interne (ICE)? Selon l’Office de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables du DoE (via CleanTechnica), «les véhicules électriques convertissent environ 59% à 62% de l’énergie électrique du réseau en énergie. Les véhicules à essence classiques convertissent environ 17% à 21% de l'énergie stockée dans l'essence en énergie. ”Selon le site européen Transport & Environment (via InsideEV), le cycle de vie complet du véhicule (de la production à l'utilisation) ), Les véhicules électriques ont une efficacité de 73%, alors que l’efficacité typique d’une ICE est de 13%.

C’est là que les auteurs du papier commencent à faire preuve de créativité. Si vous supposez le même nombre de passagers, conduire sur une route sera toujours plus efficace que monter dans les airs. Cependant, aux fins de l’étude, «le VTOL est supposé avoir trois passagers et un pilote (c’est-à-dire quatre occupants), car il sera très probablement utilisé dans un système de transport en tant que service. [TaaS] modèle commercial où les fournisseurs de services cherchent à maximiser les taux d’utilisation. Les voitures au sol sont supposées appartenir à des propriétaires personnels, avec une charge de chargement de 1,54 passagers / occupants. "

Donc, si vous supposez que chaque voiture volante volera toujours avec une charge complète de passagers, et que chaque voiture terrestre va toujours rouler avec seulement une personne et demie (ce qui nécessite également de supposer, entre autres, , que seules les voitures volantes participeront au modèle économique tant vanté de TaaS), puis, disent les auteurs du journal, pour un trajet de 100 km, les VEM pourraient générer 6% moins d'émissions que les POEV (véhicules tout-vieux).

M. Hunt note que «le document évite un certain nombre de aspects pratiques à prendre en compte avant que nous considérions les voitures volantes VTOL comme un moyen de transport durable pour l'avenir.» Une infrastructure supplémentaire requise pour le vol peut imposer des coûts environnementaux supplémentaires. soumis à une réglementation stricte en matière de maintenance et de temps d'arrêt, ce qui pourrait également compenser les gains d'émissions. En outre, la météo est beaucoup plus problématique. "Un vent arrière de 35 mph réduit la consommation d'énergie et les émissions de 15%, mais un vent contraire de 35 mph les augmente de 25%", écrit Hunt. Tandis qu’une voiture de route peut simplement s’arrêter sur le côté si elle est épuisée, la variété en vol peut devoir transporter de lourdes batteries supplémentaires pour éviter une catastrophe éventuelle.

La dernière objection aux FEV en tant que technologie permettant d’économiser de l’énergie a été soulignée par M. Hunt, à savoir que, alors que les véhicules électriques au sol sont déjà sur les routes et prolifèrent au fil de votre lecture, un FEV commercial est disponible dans de nombreuses années. les crises auxquelles nous sommes confrontés sont ici aujourd'hui. Ainsi, alors que "ces voitures volantes DEP avancées … pourraient encore jouer un rôle dans notre avenir sans combustibles fossiles", elles ne semblent pas être un outil important pour réduire les émissions.

D’un autre côté, mec, si vous voulez toujours votre voiture volante, ne désespérez pas. Dans l'industrie automobile, le glamour et l'amusement l'emportent toujours sur l'aspect pratique, et General Motors semble parier que ses clients seront plus enthousiastes à propos des voitures volantes que des voitures électriques. Lors du Sommet FT sur l’avenir de la voiture tenu en novembre dernier à Detroit, les dirigeants de GM discutaient avec Tesla et prédisaient qu’ils dirigeraient un jour le secteur des véhicules électriques (bien qu’ils n’aient pas révélé de nouveaux plans pour de véritables véhicules électriques).

Le vice-président de la stratégie mondiale de GM, Mike Abelson, a déclaré au Detroit Free Press que GM avait eu des conversations avec des sociétés de taxis aériens au sujet de l'utilisation de sa technologie de véhicule autonome et électrique pour créer des voitures volantes. "Il y aura une sorte de transport aérien qui s'intégrera à cette technologie AV / EV", a-t-il déclaré.

Une camionnette électrique ne serait-elle pas plus utile? Apparemment non. "Les voitures et les camions à essence de GM constitueront la principale source de revenus de la société au moins pour les deux prochaines décennies", a déclaré M. Abelson. "Il n'y aura pas de micros AV / EV."

Nous verrons. Mary Barra, PDG d’Abelson, a déclaré aux étudiants de Harvard, en septembre, que GM avait envisagé un «tout petit peu» de produire un pick-up électrique un jour. Le concurrent de GM, Ford, a réfléchi un peu plus avant – la société a récemment annoncé un investissement de 500 millions de dollars dans le fabricant de capteurs électriques de démarrage Rivian, ainsi que des projets de développement conjoint d'un nouveau Ford EV.

===

Écrit par: Charles Morris; Source: La conversation

  • Note de la rédaction: EVANNEX, qui vend également du matériel de rechange pour Teslas, nous a gentiment permis de partager certains de ses contenus avec nos lecteurs, gratuitement. Nos remerciements vont à EVANNEX. Consultez le site ici.
Il semble que Big Auto puisse miser sur des voitures volantes – L’ecologie au service de la mobilité
4.9 (98%) 32 votes