Dominance en Belgique – Lexology – Ou louer une BMW C Evolution

R-PUR >>> Tout simplement le Masque Anti Pollution le plus efficace du marché!!

Louez une BMW C Evolution a 8€ de l’heure!

Utilisez le Lexology passe le contrat outil pour comparer les réponses dans cet article avec celles d’autres juridictions.

Cadre général

Cadre juridique

Quel est le cadre juridique dans votre juridiction couvrant le comportement des entreprises dominantes?

Le livre IV du Code de droit économique (CEL), introduit par la loi sur la concurrence de 2013, contient le cadre juridique des règles de concurrence en Belgique. L’article IV.2 de la CEL traite du comportement des entreprises dominantes et interdit «l’abus par une ou plusieurs entreprises d’une position dominante sur le marché belge concerné ou dans une partie substantielle de ce marché». L'article IV.2 reflète donc le contenu de l'article 102 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), moins la condition d'un effet potentiel sur le commerce entre les États membres de l'UE. Conformément à l'article 3 du règlement n ° 1/2003, l'article 102 du TFUE peut également s'appliquer dans un contexte belge.

Outre l'application devant les tribunaux, l'application de l'article IV.2 de la CEL repose sur l'autorité belge de la concurrence (BCA), qui a remplacé le précédent Conseil de la concurrence de septembre 2013 (les références aux décisions de BCA antérieures à septembre 2013 doivent être comprises comme suit: référant au Conseil de la concurrence). L’actuel BCA est composé de son président, du Collège de la concurrence (organe décisionnel), de l’auditeur (organe d’enquête) et du Comité exécutif (direction de l’ABC) (voir aussi la question 26).

Au-delà du livre IV de la CEL, les abus de position dominante peuvent être considérés comme des pratiques commerciales déloyales portant atteinte au livre VI de la CEL en ce qui concerne les pratiques de marché et la protection des consommateurs. Inversement, les comportements qui ne sont pas interdits par le droit belge ou européen de la concurrence ne peuvent généralement pas être interdits en tant que pratique commerciale déloyale dans la mesure où ils constituent une entrave au fonctionnement du marché libre (sauf en cas d’abus de droit), sous l'effet "réflexe" ou "miroir" du droit de la concurrence sur le droit des pratiques commerciales déloyales, confirmé par la Cour suprême de Belgique dans l'affaire Multipharma / Widmer (7 janvier 2000).

Définition de la dominance

Comment la domination est-elle définie dans la législation et la jurisprudence? Quels éléments sont pris en compte lors de l’évaluation de la position dominante?

L’article I.6 de la CEL définit une position dominante comme «la position permettant à une entreprise d’empêcher le maintien d’une concurrence effective en lui donnant le pouvoir de se comporter de manière appréciable indépendamment de ses concurrents, clients ou fournisseurs». Cette définition s’aligne délibérément sur la définition de la position dominante donnée par la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE), le législateur belge ayant pour objectif d’assurer la cohérence avec les précédents de l’UE et d’accroître ainsi la sécurité juridique. Plus généralement, la BCA et les tribunaux nationaux s'appuient souvent sur les précédents européens, que l'article IV.2 de la CEL et l'article 102 du TFUE soient ou non appliqués simultanément.

L'article IV.2 de la CEL ne couvre pas le comportement unilatéral d'entreprises non dominantes (voir la question 34).

Objet de la législation

L'objectif de la législation et de la norme de domination sous-jacente est-il strictement économique ou protège-t-il d'autres intérêts?

Comme au niveau de l'UE, l'objectif et la norme de domination sous-jacente de l'article IV.2 de la CEL sont strictement économiques. L'article IV.2 de la CEL vise à protéger la concurrence et non d'autres intérêts.

Règles de dominance sectorielles

Existe-t-il des règles de dominance spécifiques à un secteur, distinctes des dispositions de dominance généralement applicables?

Bien que le livre IV de la CEL s’applique à tous les secteurs, certaines règles sectorielles peuvent également s’appliquer concurremment. Dans le secteur des communications électroniques, des dispositions spécifiques visent à empêcher les opérateurs de télécommunication et de radiodiffusion dotés d'un "pouvoir de marché significatif" (SMP) de se livrer à des pratiques anticoncurrentielles (en vertu de la loi fédérale sur la communication électronique du 13 juin 2005 et aux décrets de radiodiffusion fédératifs mettant en œuvre la législation de l'UE). ). SMP équivaut à une "domination" en droit de la concurrence européen et belge. Les autorités de régulation concernées sont l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) et les régulateurs régionaux.

L'existence de règles sectorielles distinctes n'empêche pas l'application de règles de concurrence en matière de position dominante, mais peut influer sur l'évaluation de l'existence d'un abus. Dans l'affaire Happy Time (Tele2 NV / Belgacom NV), la société de télécommunications Tele2 s'est plainte de ce que l'opérateur de télécommunications historique, Belgacom, avait abusé de sa position dominante en exerçant une compression des marges dans le cadre de ses activités de téléphonie fixe. Dans une décision ultérieurement annulée par la Cour d'appel de Bruxelles, le président de la BCA a rejeté la demande en référé de Tele2: celle-ci n'avait pas établi que l'offre de Belgacom constituait à première vue un abus de sa position dominante, notamment parce que les tarifs étaient orientés sur les coûts. , conformément à la législation sur les télécommunications (décision du 1er septembre 2006). La décision finale de la BCA en décembre 2012 indiquait que les tarifs «Happy Time» de Belgacom n’impliquaient pas un abus de marge.

Dans Mobistar SA / Belgacom SA (22 juillet 2010), l'opérateur de télécommunication Mobistar s'est plaint que Belgacom facturait des prix excessifs pour l'accès à son réseau à haut débit. La BCA a rejeté la plainte en partie parce que le tarif de Belgacom avait été approuvé chaque année par l'IBPT et qu'il respectait le principe de "l'orientation en fonction des coûts".

Exemptions aux règles de dominance

À qui s'appliquent les règles de dominance? Des entités sont-elles exemptées?

L’article IV.2 de la CEL s’applique à toutes les «entreprises». Ils sont définis comme «toute personne physique ou morale exerçant une activité économique de manière durable». Par conséquent, les règles de dominance s’appliquent également aux entités publiques dans la mesure où elles exercent une activité économique. En outre, l'article IV.12 stipule expressément que les dispositions du livre IV de la CEL, y compris l'article IV.2 de la CEL, s'appliquent aux entreprises publiques et aux entreprises jouissant de droits spéciaux ou exclusifs concédés par l'État ", dans la mesure où empêcher, en droit ou en fait, la mission spécifique conférée par ou en vertu de la loi ».

Transition de non-dominant à dominant

La législation ne prévoit-elle que le comportement des entreprises déjà dominantes?

Oui. L'article IV.2 de la CEL s'applique lorsqu'une entreprise déjà dominante abuse de sa position dominante. Le livre IV de la CEL ne régit pas les comportements par lesquels une entreprise non dominante devient (ou tente de devenir) dominante par des moyens autres que la fusion.

Domination collective

La domination collective est-elle couverte par la législation? Comment est-il défini dans la législation et la jurisprudence?

Oui. L’article IV.2 de la CEL couvre la position dominante collective, car il interdit l’abus de position dominante par «une ou plusieurs entreprises». La BCA a fait référence au concept de domination collective uniquement dans quelques précédents, dont aucun n’a conduit à la conclusion d’un abus de domination collective. Par exemple, en 2015, la BCA a clos deux enquêtes concernant un abus de position dominante collective par des entreprises de traitement de fret à l'aéroport de Bruxelles, faute d'avoir pu établir l'existence d'un tel abus.

Acheteurs dominants

La législation s'applique-t-elle aux acheteurs dominants? Existe-t-il des différences par rapport à l'application de la loi aux fournisseurs dominants?

Oui. L'article IV.2 de la CEL s'applique à la fois aux acheteurs dominants et aux fournisseurs dominants.

Définition du marché et seuils de dominance fondés sur des actions

Comment les marchés de produits et géographiques pertinents sont-ils définis? Existe-t-il une part de marché sur laquelle une entreprise sera présumée dominante ou non dominante?

En ce qui concerne la définition du marché, la BCA et les tribunaux utiliseront généralement les mêmes critères qu'au niveau de l'UE et feront donc principalement référence à la "substituabilité" pour définir les marchés de produits et géographiques pertinents, évalués en premier lieu du côté de la demande. Les produits et services sont considérés comme faisant partie du même marché s'ils sont considérés comme substituables aux utilisateurs en raison de leurs caractéristiques, de leurs prix et de l'usage auquel ils sont destinés. L'évaluation de la substituabilité devrait également refléter les sources de concurrence potentielle (nouveaux produits, nouveau concurrent potentiel, etc.) et les contraintes pertinentes susceptibles d'affecter la structure de la demande, telles que l'existence d'un cadre réglementaire spécifique. Le marché géographique en cause comprend la zone dans laquelle des entreprises concernées participent à la fourniture de produits ou de services et dans laquelle les conditions de concurrence sont suffisamment homogènes. La même approche de définition du marché s'applique aux affaires de contrôle des concentrations (également couvertes par le livre IV de la CEL). En pratique, les décisions des BCA et les décisions de justice seront influencées par, outre leur propre évaluation, par les précédents européens et nationaux de définitions de marché ou par les arguments convergents des parties. Les directives de la Commission européenne sur la définition des marchés en cause sont souvent utilisées pour accorder un poids particulier à certains arguments.

En ce qui concerne la position dominante, l’évaluation de la BCA tend également à suivre la pratique au niveau de l’UE et tiendra donc compte de divers facteurs, dont aucun n’est nécessairement déterminant en soi. Les parts de marché ont souvent une importance particulière. Le livre IV de la CEL ne contient pas de seuil statutaire de part de marché pour la position dominante, mais la BCA a considéré qu'une entreprise détenant une part de marché supérieure à 50% pouvait être présumée dominante (par exemple, Lampiris / Electrabel, 26 mars 2015). . Au-dessus de 50%, la BCA a constaté que les parts de marché sur les marchés pertinents étaient suffisantes pour établir une position dominante (Publimail, Link2Biz International et G3 Worldwide Belgium / bpost, décembre 2012). En deçà de 50%, la BCA a estimé qu'une part de marché supérieure à 40% constituait un "indicateur fort" de domination, tandis qu'une part de marché inférieure à 30% n'était "pas indicative" de cette domination, en l'absence de facteurs supplémentaires ( Unie der Belgische Ambulancediensten / Belgische Rode Kruis, 11 mai 2001). La BCA examinera également la différence de parts de marché entre concurrents et a notamment constaté qu'une différence de part de marché de 40% était révélatrice d'une position dominante (Merck Generics Belgium BVBA, Generics UK / Merck Sharp & Dome BV et MSD Overseas). Manufacturing Company, 5 octobre 2007, et Distri-One SA / Coca-Cola Enterprises Belgium SPRL, 30 novembre 2005).

La BCA prendra en compte d’autres facteurs que les parts de marché, tels que l’évolution des parts de marché au fil du temps, le niveau de concentration sur les marchés en cause, les barrières à l’entrée ou la concurrence potentielle. Dans Incine BVBA / Rendac NV (9 mars 2001), la BCA a établi que Rendac dominait le marché de la collecte et de la transformation des carcasses d'animaux domestiques, avec une part de marché de 30 à 35%. Rendac a également profité de peu de concurrents, de son monopole de fait sur le marché (voisin) de la collecte et de la transformation des carcasses d’animaux de ferme et de sa solidité financière.

Abus de domination

Définition de l'abus de position dominante

Comment l’abus de position dominante est-il défini et identifié? Quelle conduite est sujette à une interdiction en soi?

Comme indiqué précédemment, l'article IV.2 de la CEL reprend l'article 102 du TFUE et contient la même liste non exhaustive de types de comportement pouvant constituer un abus. L’inspiration au niveau de l’UE s’étend à la pratique antitrust, dans la mesure où les tribunaux BCA et belges s’appuieront généralement sur les précédents de la Commission européenne et des tribunaux de l’UE, ainsi que sur le document d’orientation de la Commission sur l’article 82 du TCE (102 TFUE).

En tant que telle, la BCA suit généralement une approche fondée sur les effets pour identifier les abus (mais certains comportements peuvent être considérés comme abusifs en soi, conformément à la pratique de l'UE). La BCA et les tribunaux belges analyseront le comportement d’un joueur dominant en fonction de son effet réel ou probable sur la concurrence, et utiliseront divers tests pour évaluer les effets probables de ce comportement. Cependant, les tribunaux peuvent parfois adopter une approche plus formelle (y compris lors de l'application desdits tests).

Pratiques d'exploitation et d'exclusion

Le concept d'abus couvre-t-il à la fois les pratiques d'exploitation et les pratiques d'exclusion?

Oui. À l'instar de l'article 102 du TFUE, l'article IV.2 de la CEL couvre à la fois les pratiques d'exploitation et les pratiques d'exclusion.

Lien entre dominance et abus

Quel lien faut-il montrer entre domination et abus? Le comportement d’une entreprise dominante peut-il également être abusif s’il se produit sur un marché adjacent au marché dominé?

Tandis que la constatation d'abus de position dominante nécessite à la fois une position dominante et une conduite abusive, les précédents confirment que la position dominante et la violence ne doivent pas nécessairement se produire sur le même marché. Dans l'arrêt Rendac NV / Incine BVBA (12 novembre 2002), la cour d'appel de Bruxelles a confirmé la décision de la BCA (voir question 9) et a estimé qu'une entreprise dominante sur un marché pouvait enfreindre l'article IV.2 de la CEL en raison d'un abus marché voisin où il n'est pas dominant. Plus récemment, dans l'affaire de la Loterie nationale (le 22 septembre 2015), la BCA a infligé une amende à la Loterie nationale pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché des loteries publiques (un monopole légal) lors du lancement d'un nouveau produit sur le marché voisin des paris sportifs. La Loterie Nationale avait utilisé les informations client obtenues dans le cadre de ses activités sur le premier marché, lors du lancement de son produit sur ce dernier marché. Il avait également obtenu des informations commerciales sensibles sur les concurrents, avant et après le lancement, (dont le chiffre d'affaires provient en grande partie de la vente de produits de loterie).

Défenses

Quels moyens de défense peuvent être invoqués contre des allégations d'abus de position dominante? Lorsque l'intention d'exclusion est montrée, les défenses sont-elles une option?

Le comportement d’une entreprise dominante ne constituera pas un abus s’il est «objectivement justifié». La BCA a également reconnu la "défense de l'État" (c'est-à-dire lorsque l'entreprise se livre à un comportement anticoncurrentiel à la suite de mesures publiques contraignantes) (dans Way Up / Belgacom du 22 avril 1999 et dans Executive Limousine Organisation / BIAC du 28 mai 1999). 2001)).

Formes spécifiques d'abus

Types de comportement Types de comportement

Plans de remise

Les systèmes de rabais peuvent constituer un abus au sens du droit belge de la concurrence. Les précédents belges concernaient davantage l'exclusivité, la fidélité (ou la fidélité) ou les aspects discriminatoires des rabais que la différence entre des rabais rétroactifs et des rabais supplémentaires. En droit communautaire, les remises (réelles) basées sur les quantités ne suscitent généralement pas d'inquiétude en Belgique.

L’affaire Presstalis (décision du 30 juillet 2012), confirmée par la Cour d’appel de Bruxelles, est l’une des affaires les plus connues en matière de rabais. Le distributeur de médias français Presstalis a accordé aux éditeurs français un rabais supplémentaire pour le droit exclusif de distribuer leurs publications en Belgique, au Canada et en Suisse pour une période d'un an. La BCA a estimé que cette ristourne était abusive en raison de son "fort effet de fidélité", qui permettait à Presstalis d'empêcher des concurrents d'accéder au marché de l'exportation de publications françaises et au marché de la distribution de ces publications en Belgique (via une relation privilégiée avec Distributeur belge AMP).

Dans Algist Bruggeman (22 mars 2017), la BCA a constaté que les rabais rétroactifs d’un fournisseur de levure, fondés sur des commandes d’une année complète, étaient abusifs. Des remises étaient accordées à certains distributeurs s’ils achetaient (presque) 100% de leurs besoins en levure fraîche à Algist Bruggeman et n’avaient aucune justification objective. Algist Bruggeman s'est également avéré avoir mis en place des rabais abusifs d'exclusivité individualisée et de fidélité.

Attacher et lier

Lier et grouper peut constituer un abus de position dominante en Belgique, conformément aux principes de concurrence de l'UE.

Dans un précédent précédent, la BCA a estimé qu'Algist Bruggeman avait abusé de sa position dominante en liant la fourniture de levure liquide à l'acquisition d'un doseur, pour lequel Algist Bruggeman avait fixé unilatéralement le prix et une période d'amortissement liée à des clauses de non-concurrence (22 mars 2017).

Dans un précédent précédent, la cour d'appel de Bruxelles avait jugé qu'UPC avait abusé de sa position dominante en raison de ses pratiques de groupement dans la distribution de programmes de télévision. UPC a offert certaines émissions télévisées et a bénéficié d'un monopole de facto sur la distribution de télévision par câble dans une partie de la Région bruxelloise. Elle a lié sa distribution des émissions concurrentes de Canal + à l'utilisation de son décodeur et à sa gestion des abonnements à Canal + (Canal + Belgique / Wolu TV et UPC Belgium, 18 juin 2004).

Deal exclusif

L'exclusivité peut constituer un abus au sens du droit belge de la concurrence. La question des rabais d’exclusivité et de fidélité a été illustrée dans Presstalis (voir question 14).

Au cours des dernières années, l’expérience acquise par la BCA en matière de pratiques exclusives s’est faite par le biais de demandes de mesures provisoires, dans le cadre desquelles elle se limite à un examen prima facie (in) de la validité des pratiques (et non à un examen approfondi). Dans une décision confirmée par la Cour d’appel de Bruxelles (7 septembre 2016), la BCA a estimé que le contrat de cinq ans de Telenet sur les droits de diffusion exclusifs de la concurrence Superprestige Cyclocross constituait un abus de pouvoir (5 novembre 2015). En acquérant ces droits, Telenet a acquis une position dominante sur le marché de la concession de licences de droits de diffusion pour les courses de cyclo-cross en Flandre après avoir déjà acquis des droits similaires pour les courses de cyclo-cross de la Coupe du monde UCI pour les saisons 2016 à 2020. En raison de la popularité de ces courses en Belgique, cela pourrait renforcer la position dominante de Telenet sur le marché de la distribution de services de télévision en Flandre et constituerait un manquement à la responsabilité particulière de Telenet en raison de sa forte position sur le marché.

Dans une autre décision provisoire, également confirmée par la Cour d'appel de Bruxelles (28 avril 2016), la BCA a examiné une clause d'exclusivité dans le Règlement général de la Fédération Equestre Internationale (FEI), la fédération qui régit le sport équestre. La clause interdisait aux athlètes et aux chevaux de participer à des événements non accrédités par la FEI dans les six mois précédant tout événement accrédité par la FEI. Parce que seuls ces derniers types d’épreuves ont été pris en compte aux fins du classement et du calendrier des compétitions FEI, il a été interdit aux athlètes de participer à des compétitions ne faisant pas partie de la FEI. La BCA a estimé que les conditions de la clause d’exclusivité et le manque de transparence de la procédure d’accréditation visaient à renforcer abusivement la position dominante de la FEI et constituaient un abus.

En 2017, la BCA a imposé d'autres mesures provisoires à la FEI et aux organisateurs de l'une de ses compétitions accréditées, le Global Champions Tour (GCT) (20 décembre 2017). Un cavalier belge et son équipe équestre se sont plaints d’un protocole d’entente conclu entre les défendeurs qui réduisait considérablement la part de participants sélectionnée sur la base du classement par rapport à la part sélectionnée sur la base de critères non liés au sport (par exemple, l’appartenance à un club). équipe payante) dans des compétitions reconnues. Le Collège a estimé que la FEI était dominante sur le marché de l'UE pour l'organisation et la promotion de compétitions de saut d'obstacles, étant donné que seuls les événements accrédités par la FEI sont pris en compte aux fins du classement. Le Collège a constaté que la réduction de 60 à 30% de la proportion d'invitations aux événements du GCT, basée sur le classement officiel des cavaliers, créait un obstacle à l'entrée des cavaliers non membres d'équipes payantes et qui auraient pu aspirer à participer. sur la base de leurs mérites sportives, ainsi que d’une différence de traitement entre les épreuves du GCT et les autres compétitions accréditées par la FEI qui n’était pas justifiée par les spécificités du secteur. Par conséquent, le Collège a conclu que les pratiques des accusés pouvaient constituer un abus de position dominante. La BCA a suspendu le protocole d'accord dans la mesure où il réduisait la part des invitations sur la base du classement officiel inférieur à 60%. La BCA a également imposé des pénalités aux organisateurs de la FEI et du GCT pour non-conformité (13 avril 2018). Plus tard au cours de la même année, la cour d'appel de Bruxelles a toutefois annulé la décision de la BCA de suspendre le protocole d'accord pour des motifs inappropriés (27 juin 2018). La Cour a ordonné à trois membres du Collège impliqués dans l'adoption de la décision annulée (y compris le président de la BCA) de se récuser auprès du Collège qui serait responsable de l'examen de l'affaire (7 août 2018). Après avoir rejeté une nouvelle demande de mesures provisoires, la BCA a finalement accepté les engagements proposés par les défendeurs et a classé l'affaire (20 décembre 2018, voir la question 27).

Prix ​​d'éviction

Les prix d'éviction peuvent constituer un abus en Belgique, mais bien qu'il y ait eu des plaintes alléguant des prix d'éviction, la BCA n'a pas trouvé une entreprise coupable de cette pratique.

L'affaire la plus souvent citée est l'affaire Electrabel (3 juillet 2008) (voir également la question 22). La BCA a rejeté les allégations de prix prédateurs d’Electrabel (opérateur de gaz historique) entre janvier et octobre 2007, car un délai de six mois était jugé trop court pour constituer une stratégie de prédateur et aucun concurrent n’avait quitté le marché au cours de cette période. Parce qu'elle a rejeté les allégations sur cette base, la BCA n'a pas procédé à une analyse coût-prix en l'espèce. De manière générale, en droit belge, les prix temporaires inférieurs au prix de revient lors du lancement d'un produit ou de la liquidation d'actions ne sont pas considérés comme abusifs.

Presses de prix ou de marge

Les compressions de prix et de marges peuvent constituer un abus en Belgique. La pratique de la BCA est généralement conforme à la jurisprudence de l'Union européenne.

Dans l'affaire Lampiris / Electrabel (26 mars 2015, voir aussi la question 21), Lampiris a déclaré à la BCA qu'Electrabel, l'ancien fournisseur d'électricité en place, avait abusé de sa position dominante en se livrant à une compression des marges et à une tarification excessive et discriminatoire en incorporant la valeur de certificats d’allocation de quotas d’émission de gaz (qu’elle avait reçus gratuitement des autorités belges) dans ses prix sur le marché de gros de l’électricité. Parallèlement aux autres allégations, la BCA a rejeté les demandes de compression des marges. Sur la base du "critère de concurrence efficace" utilisant les coûts différentiels moyens à long terme d’Electrabel, la BCA a constaté que les marges d’Electrabel seraient restées positives sur le marché de détail si elle avait payé les prix pratiqués sur le marché de gros. De plus, les prix de Lampiris étaient égaux ou inférieurs à ceux d’Electrabel et couvraient des marges positives, et Lampiris avait accru sa part de marché.

L'affaire Base / Belgacom Mobile (26 mai 2009) est l'un des précédents précédents. Pour la première fois, la BCA a constaté une compression abusive de la marge impliquant Belgacom, l'opérateur télécom historique, dans la vente de services de téléphonie mobile aux clients commerciaux (en particulier les grandes entités privées et publiques). Après avoir passé en revue les stratégies de Belgacom en 2004 et 2005, BCA a constaté une marge négative entre les prix nets de Belgacom pour les clients professionnels (entre deux clients sur son propre réseau) et les tarifs de terminaison mobile (MTR) facturés à ses concurrents par Belgacom (pour la appel de leur réseau vers son réseau). La BCA a conclu que ces frais de MTR constituaient un intrant essentiel pour les concurrents et que Belgacom n'aurait pas pu réaliser un profit normal sur ses communications en réseau si elle devait payer les tarifs de MTR facturés aux concurrents, avant de conclure qu'une réduction de marge pourrait sa nature même restreint la concurrence.

Refus de traiter et refus d'accès aux installations essentielles

Un refus de traiter peut constituer un abus de position dominante en Belgique, et tant la BCA que les tribunaux ont statué sur des demandes de refus de transaction.

La saga Spira / De Beers offre un précédent intéressant de refus de vendre. Le distributeur de diamants belge Spira était un «sightholder» (distributeur) de producteur de De Beers jusqu’en 2003, année où De Beers a mis en place un système de «fournisseur de choix» en 2003, selon lequel Spira n’était plus qualifié. Spira a d'abord soulevé l'affaire devant la Commission européenne, qui a rejeté sa réclamation (le Tribunal a également rejeté son pourvoi par la suite). Spira s'est alors plainte à la BCA et a demandé des mesures provisoires obligeant De Beers à lui fournir des diamants bruts. Le président de la BCA a conclu qu'il était évident que De Beers (qui détenait 40% du marché des fournitures de diamants bruts) avait abusé de sa position dominante et lui avait ordonné de continuer à fournir des diamants bruts à Spira, sous certaines conditions. Cette obligation temporaire a été renouvelée à plusieurs reprises. Finalement, les procureurs de la BCA ont abandonné l’enquête sur le fond en 2014, mettant ainsi fin à la mesure provisoire (cette décision a ensuite été confirmée par le Collège de la BCA en 2015).

Dans Mobistar SA / Belgacom SA (22 juillet 2010, voir aussi question 4), Mobistar souhaitait proposer des services DSL «nus» (c'est-à-dire des services DSL sans obligation de service de téléphonie fixe). Mobistar prétendait avoir accès au réseau filaire DSL de Belgacom et se plaignait du fait que Belgacom facturait des prix excessifs et que le tarif devait être non discriminatoire et suffisamment dissocié pour assurer une marge raisonnablement rentable. La BCA a rejeté la demande d’accès de Mobistar. Il a conclu que l’accès de gros existant de Mobistar était suffisant et que le tarif de Belgacom était suffisamment dissocié, respectait le principe de «l’orientation en fonction des coûts» et avait été approuvé par l’IBPT (le régulateur belge des télécommunications).

Dans l'affaire VRT / Norkring Belgique (23 janvier 2019), la BCA a imposé des mesures provisoires pour assurer la continuité des émissions en modulation de fréquence de l'organisme de radiodiffusion et de télévision flamande (VRT), dans le cadre de sa mission de service public. Les émissions FM de la VRT sont transmises par des mâts, dont certains appartiennent à la NV Norkring Belgium. Dans le cadre d'une procédure d'appel d'offres dans laquelle Norkring a lui-même fait une offre, la VRT a attribué la diffusion de programmes FM à Broadcast Partners, qui n'a par la suite pas été en mesure de conclure un accord à des conditions raisonnables avec Norkring pour l'utilisation de ces mâts. Bien que la VRT n’ait pas démontré qu’il s’agissait à première vue d’un abus de position dominante, la BCA a estimé que l’intérêt économique général de la poursuite de la mission de service public de la VRT était suffisamment important pour permettre de conclure à un éventuel abus de position dominante si cette continuité était assurée. pas garantie. La BCA a demandé à Norkring de fournir les mâts de transmission dans les mêmes conditions que celles qu’elle avait proposées dans son offre, jusqu’à ce qu’un accord soit conclu ou que le tribunal se soit prononcé sur la question.

Parfois, les tribunaux belges constatent le refus de traiter sur la base de critères plus souples. Dans Ducati / DD Bikes, Ducati (légalement) a résilié son contrat de concession avec un concessionnaire-réparateur (DD Bikes) et a en outre refusé de fournir des pièces de rechange et du matériel. En appel, la cour d'appel de Gand a d'abord établi que Ducati (par l'intermédiaire de ses concessionnaires officiels) était dominante sur le marché de l'entretien et de la réparation des motos Ducati. Apparemment, il a ensuite appliqué son propre test pour déterminer s’il s’agissait d’un abus, sans référence à des précédents européens ou autres. Le tribunal conclut que le refus de Ducati de fournir de l’alimentation était abusif et le soumit à des obligations visant à garantir que DD Bikes puisse continuer à offrir des services après-vente aux motos Ducati (Cour d’appel de Gand, 1er octobre 2014). Cette affaire peut refléter la tendance des tribunaux belges à protéger les intérêts des concessionnaires (à long terme).

Conception de produits prédateurs ou non divulgation d'une nouvelle technologie

À notre connaissance, il n’existe pas de précédent pertinent, mais en principe, la législation en vigueur n’empêche pas une conception de produit prédatrice ou l’absence de divulgation des nouvelles technologies de constituer un abus de position dominante.

Discrimination de prix

La discrimination par les prix peut constituer un abus en droit belge et est généralement considérée comme exigeant que les transactions équivalentes soient traitées différemment, ce qui entraîne un désavantage concurrentiel important (article IV.2 (2) (3) du CEL).

Dans l'affaire Lampiris / Electrabel, Lampiris avait formulé diverses allégations d'abus de position dominante liées au prix à l'encontre d'Electrabel, le producteur et fournisseur d'électricité en place, y compris une discrimination par les prix. La BCA a estimé que les services proposés par Electrabel sur le marché de gros de l'électricité et ceux proposés sur le marché de détail étaient différents, de sorte que les différences de prix n'étaient pas discriminatoires (26 mars 2015, voir également la question 18).

Dans le cas bpost, la BCA a examiné le système de rabais «par expéditeur» mis en place par bpost, l’opérateur postal en place. Dans le cadre de ce système, les expéditeurs directs pouvaient bénéficier de rabais sur les volumes importants, mais les intermédiaires ne le pouvaient pas car leurs volumes importants étaient consolidés à partir du courrier traité pour différents expéditeurs. Sans conclure formellement à l'existence d'une discrimination, la BCA a constaté une violation de l'égalité de traitement en ce qui concerne l'octroi des rabais, qui empêchait le développement d'intermédiaires, et a infligé une amende de 37 millions d'euros (10 décembre 2012). Le modèle tarifaire de Bpost avait déjà fait l’objet d’une enquête de la part de l’IBPT (le régulateur belge des télécommunications), entraînant une amende de 2,3 millions d’euros pour bpost (20 juillet 2011). L'amende de l'IBPT a été annulée par la Cour d'appel de Bruxelles en mars 2016. Fait intéressant, l'amende de la BCA a également été annulée par la Cour d'appel de Bruxelles en novembre 2016, qui a estimé que la BCA avait violé le principe ne bis in idem en matière d'amende bpost, l’IBPT avait déjà sanctionné le comportement de bpost. En 2018, la Cour suprême a jugé que la Cour d'appel de Bruxelles avait appliqué à tort le principe ne bis in idem en ignorant si la procédure devant ces deux autorités distinctes pouvait avoir des objectifs complémentaires (22 novembre 2018). La Cour suprême a donc annulé le jugement et renvoyé l'affaire devant la cour d'appel de Bruxelles.

Dans l'affaire TECO / ABB (3 septembre 2018), la BCA a imposé des mesures provisoires à ABB Industrial Solutions BVBA (ABB), producteur de boîtiers de compteurs d'électricité «intelligents». Il est intéressant de noter qu'ABB a obtenu le droit exclusif de fabriquer les couvercles pour ces boîtes en acquérant GE Industrial Solutions (GE), qui avait obtenu ce monopole dans le cadre d'un appel d'offres lancé par l'opérateur de réseau énergétique flamand Eandis (aujourd'hui Fluvius). Le Collège a estimé qu'il n'était pas manifestement déraisonnable de supposer prima facie qu'ABB avait abusé de sa position dominante en facturant à d'autres sociétés du marché, dépendantes de ces couvercles, un prix nettement supérieur au prix facturé à Eandis, tel qu'il était proposé dans l'offre de GE. . ABB a fait cela en combinaison avec la baisse subséquente de ses prix pour les boîtiers de compteurs d’électricité, ce qui lui a permis de réduire la marge et de créer des incertitudes dans les approvisionnements des autres sociétés en ne respectant pas une politique d’approvisionnement stricte. Par conséquent, la BCA a demandé à ABB de maintenir une politique de prix et de traitement des commandes non discriminatoire, en appliquant des réductions de prix aux produits vendus en concurrence avec les couvercles, ainsi qu'aux coffrets électriques ou à leurs composants (quelle que soit la configuration des commandes), ainsi que de s’abstenir de hausses de prix qui ne sont pas objectivement justifiables.

Belgian courts have also dealt with discrimination cases, however without always establishing an actual competitive disadvantage from the discriminatory conduct. In SABAM, the Brussels Court of Appeal found that, while the prices differed, the services provided by SABAM, the Belgian collecting society, to major customers were equivalent to those provided to the other customers (SABAM is the Belgian authors rights’ collecting society). It concluded that the different prices were discriminatory, without investigating the existence of an actual competitive disadvantage on the downstream market (3 November 2005). In AMP (see also question 22), the Brussels Court of Appeal again had to examine the pricing regime applied to large versus smaller retailers by a supplier (AMP, the exclusive distributor of the main newspapers in Belgium). Relying on an expert economic report to find the price discrimination, the court considered that AMP’s increase in the fixed minimum monthly distribution fees was discriminatory because only smaller retailers paid the fixed fee, whereas large retailers paid a variable percentage, so that smaller retailers paid a higher relative price.

Exploitative prices or terms of supply

Exploitative prices or terms of supply may amount to an abuse of dominance in Belgium. In particular, excessive pricing cases are fairly frequently brought to the BCA or the courts, but actual findings are much less frequent.

An interesting case involving Electrabel, the incumbent electricity provider, was decided by the BCA in 2014 (this case is distinct from the Lampiris/Electrabel and NMBS/Electrabel, mentioned in other questions, and in which the excessive pricing claims were dismissed by the BCA and the Brussels Court of Appeal, respectively). Electrabel faced abuse of dominance allegations in relation to its tertiary production reserve policy (ie, the management of reserve capacities on the Belpex electricity exchange, for the electricity wholesale market). After finding that Electrabel was dominant both in the market for the production and wholesale trade of electricity and in the market for the supply of the tertiary reserve in Belgium, the BCA found the margin scale for the sale of reserve capacity to be excessive. Electrabel’s ‘pricing scale’ governing the release of reserve capacity involved margins of 50 to 200 per cent above the average wholesale price per MWh achieved on the Belpex trading platform in 2008, which was seen as ‘excessively disproportionate’ when considering the marginal cost of production (18 July 2014).

A few years earlier, the BCA had investigated another excessive pricing case against Electrabel, regarding an increase of its natural gas prices. In that case, the BCA had conditioned carrying out a full cost-price analysis on a comparison of Electrabel’s prices with certain benchmarks. After comparing the prices with other providers’ prices, pre-liberalisation regulated prices, and average prices in neighbouring EU member states, the BCA concluded that there were insufficient indications of excessive prices to warrant a cost-price analysis (Electrabel NV, 3 July 2008).

In the AMP case (see question 21), the Brussels Court of Appeal found that the increase in the fixed minimum monthly fees was excessive, having already found that it was discriminatory. Relying on the same expert economic report used for the assessment of discrimination, the court found that a lower fee increase would have sufficed because the increase lacked a costs-based justification (29 May 2012).

In the more recent case Festival organizers/SABAM, the Brussels Commercial Court ordered SABAM, the Belgian collecting society, to cease and desist its pricing practices (12 April 2018). The Court concluded that SABAM had a de facto monopoly in the collection and distribution of authors’ musical copyrights. Relying on European Courts precedent on excessive pricing (C-402/85 Basset, 1987; STIM C-52/07 11, 2008), the Court held that SABAM failed to justify its pricing practices as having a reasonable relation to the economic value of the product supplied. SABAM significantly increased tariffs for concerts and music festivals without objective economic justifications (ie, since 2017 it raised tariffs with 17 per cent, respectively 37 per cent depending on the size of festivals for services that remained the same in terms of nature and cost), determined prices on the basis of a festival’s total turnover (including turnover unrelated to music and thus for services not provided), and used pricing methods unrelated to actual use of music (while alternative methods of calculation that quantify use do not require additional costs).

Abuse of administrative or government process

To our knowledge, there is no relevant precedent, but in principle current law does not exclude an abuse of administrative or government process from constituting an abuse of dominance.

Mergers and acquisitions as exclusionary practices

The question of whether mergers and acquisitions that do not meet notification thresholds can be subject to review under article IV.2 of the CEL (and, in fact, article IV.1 of the CEL) is a longstanding one, which seems to receive a positive, if qualified, response.

In 2006, the Brussels Court of Appeal held that a transaction that does not meet the Belgian notification thresholds may be reviewed under articles 101 and 102 of the TFEU or articles IV.1 and IV.2 of the CEL (Gabriella Rocco & Centro di Medicina Omeopatica Napoletano v Dano-Invest and others, 15 December 2006).

In 2016, the BCA had the opportunity to address the question, after receiving a request for interim measures to suspend the non-notifiable acquisition of Brouwerij Besteels by AB InBev (Alken-Maes/AB InBev, 21 November 2016). Alken-Maes contended that the acquisition constituted an abuse of AB InBev’s dominance. The BCA referred to the ECJ’s Continental Can judgment and acknowledged that concentrations can lead to an abuse of dominance, but also noted the potential harm of interim measures against transactions. In a decision upheld by the Brussels Court of Appeal (28 June 2017), the BCA then held that an acquisition escaping merger control can be assessed from an abuse of dominance perspective if there are prima facie restrictions on competition, distinct from the effect of the concentration itself, which can be qualified prima facie as an abuse of dominance. This was not the case in the transaction at hand.

Other abuses

As with article 102 of the TFEU, the list of abuses in article IV.2 of the CEL is not exhaustive. While generally relying on EU precedents and guidance, the BCA and the Belgian courts assess conduct on a case-by-case basis so that they may find other types of abuses.

In the 2017 Algist Bruggeman case (see question 14), the circulation of a biased internal report on a competitor was found to constitute abusive denigrating practices. The BCA considered that the objective of the report was to create uncertainty about the microbiological aspects and quality of the competing yeast, and to discourage distributors or bakeries from suppling or using the product.

In the National Lottery case (see question 12), the BCA found that the National Lottery had abused its dominant position by leveraging customers’ contact details obtained through its legal monopoly in the market for public lotteries. The National Lottery used these contact details when launching a new product on the neighbouring market for sports betting (by sending a one-off email to the customers).

In the 2014 Electrabel excessive pricing case (see question 22), the claims included an abuse resulting from Electrabel’s excessive electricity reserves, ie, from witholding electricity. The BCA dismissed this claim and found that the additional reserve capacity maintained was explained by the risk that Electrabel be required to pay penalties in the event of negative imbalance positions in the market (18 July 2014).

Enforcement proceedings

Enforcement authorities

Which authorities are responsible for enforcement of the dominance rules and what powers of investigation do they have?

The BCA is the authority responsible for enforcement of dominance rules, and replaced the previous Competition Council in 2013 (see question 1). As noted, the BCA is composed of its President, the Competition College, the Auditorate, and the Executive Committee (management of the BCA). The Auditorate and its prosecutors, headed by the Auditor General, is in charge of investigations (for all cases, including merger control). While the Auditorate can decide to close a case, the College is generally responsible for decision-making.

The Auditorate, headed by the Auditor General, is in charge of investigations, which it opens either following a complaint, ex officio, or at the request or injunction of the competent minister. The Auditorate’s investigation powers under Book IV of the CEL are aligned with those at EU level under Regulation No. 1/2003. The prosecutors of the Auditorate can request all necessary information from undertakings (and associations). They may conduct on-site inspections (dawn raids) between 8am and 6pm, and search business premises, transport vehicles, and other locations where they reasonably expect to find relevant documents or other records, including the homes of directors, managers and other employees of the undertakings (and associations) concerned. They may also search the business premises (and homes) of those in charge of the commercial, fiscal, financial or administrative management of the undertakings and associations of undertakings concerned (including external providers). On-site inspections are however subject to the Auditorate obtaining a search warrant issued by an ‘investigating judge’. The Auditorate may seize and seal materials for the investigation, but for no more than 72 hours for non-business premises.

Besides the BCA, Belgian courts are also responsible for the enforcement of Belgian and European competition law. Belgian civil procedure does not foresee discovery as conceived in the United States, but courts may order parties to submit specified evidence (in a much narrower fashion). Courts may also appoint experts to assist them in their assessment, for instance to understand cost structures or evaluate damages. Where a dispute hinges on the legality of a specific conduct under the CEL, courts must request a preliminary ruling from the Supreme Court (and stay their proceedings).

Sanctions and remedies

What sanctions and remedies may the authorities impose? May individuals be fined or sanctioned?

Where the BCA finds an infringement, including an abuse of dominance, it may order the termination of the conduct. The BCA has, however, never imposed structural remedies for abuses of dominance (and it is not clear that Book IV of the CEL enables it to do so).

The BCA may also impose fines on undertakings and associations. While the entry into force of Book IV of the CEL brought the possibility of fines against individuals, this only applies for individuals involved in cartel behaviour and not abuses of dominance. When imposing fines, the BCA cannot exceed the 10 per cent cap of turnover realised in Belgium (including exports) in the last full year preceding the adoption of the decision. Fines are calculated pursuant to the BCA’s 2014 Fining Guidelines, which refer to and generally follow the European Commission’s methodology (save limited deviations). The BCA may also impose daily penalty payments of up to 5 per cent of the average daily turnover in the preceding financial year for non-compliance with a decision. Further, the BCA may impose fines of up to 1 per cent of the annual turnover where an undertaking (or association) wilfully or negligently obstructs the investigation, or provides incorrect, misleading, delayed or incomplete information. The highest fine ever imposed in a dominance case was a fine of €66.3 million, in the Base/Belgacom Mobile case (26 May 2009, see questions 14 and 18).

The BCA may also close investigations through settlement or commitments.

Commitment decisions do not involve a formal finding of infringement. Plaintiffs therefore cannot solely rely on such decisions as establishing fault under article 1382 of the Civil Code as the basis for a follow-on damages claim before the national courts. Unlike the European Commission, the BCA does not generally make use of commitment procedures to close dominance cases. However, there are some notable exceptions. Commitments were used in November 2016 in the Immoweb case, pursuant to which Immoweb offered to unilaterally terminate the Most Favoured Nation (MFN) clauses included in its contracts with software developers and to refrain from including such clauses in future contracts, for a period of five years (7 November 2016). Furthermore, the Auditorate recently closed an investigation of the FEI initiated in 2015 (see questions 16 and 25), pursuant to commitments (20 December 2018). The Auditorate’s preliminary assessment considered potential abuses in (i) the opacity of the accreditation rules related to new team show jumping series; (ii) the penalties for participating in events not approved by the FEI; and (iii) the ability given to the FEI to raise objections to potential new entrants on the market in case of conflict of dates (ie, when two or more events are organised in parallel). In response to the Auditorate’s concerns, the FEI offered to establish a transparent procedure for the approval of new series, and to amend its rules concerning the participation to non-FEI accredited events and the conflict of dates.

In its first and only settlement in a dominance case to date, the BCA settled in the National Lottery case (see questions 12 and 25).

The BCA President may also impose interim measures during the investigation, as illustrated on various occasions in questions above. It has done so relatively readily, compared to the European Commission and national competition authorities of neighbouring member states. Interim measures may be requested by a complainant, the Auditorate, the Minister of Economic Affairs, or the minister responsible for the sector in which the alleged abusive practice is taking place. Interim measures may be granted where there is a prima facie infringement and an urgent need to avoid a situation likely to cause serious and imminent harm that would be difficult to remedy, or a situation that is likely to harm the general economic interest. Contrary to the situation before Book IV of the CEL, strict deadlines apply to decide on requests for interim measures so that the decision must come within 12 weeks maximum of the request (a failure to do so amounts to a rejection).

Interim measures may take the form of cease-and-desist orders, but also of specific positive obligations. In Spira/De Beers (see question 19), the BCA found prima facie evidence of an abuse by De Beers with serious harm on Spira, after Spira no longer qualified as a distributor under De Beers’ newly implemented ‘supplier of choice’ system. The President of the BCA ordered De Beers to continue supplying rough diamonds to Spira, a measure that was extended on multiple occasions (original decision 25 November 2010). In Feltz/BMW, the BCA obliged BMW to take certain measures to allow Feltz, a former official dealer, to remain active in the market as an independent repairer. These included sending a letter to Feltz’s customers informing that they were free to choose their repairer and would not lose their warranty if they chose Feltz, and a letter to all official Belgian dealers and repairers confirming that they could sell spare parts to independent repairers (11 July 2014).

Enforcement process

Can the competition enforcers impose sanctions directly or must they petition a court or other authority?

The BCA can directly enforce Belgian and EU competition law and impose sanctions, without having to petition a court.

Enforcement record

What is the recent enforcement record in your jurisdiction?

The BCA generally received several complaints a year relating to abuses of dominance, though many do not lead to a decision on the merits. As mentioned above, the BCA adopts interim measures in dominance cases more readily compared to the European Commission and national competition authorities of neighbouring member states (see question 27).

A recent interesting case is the Immoweb case (see question 27), in which the BCA’s Auditorate closed its investigation into MFN clauses included in contracts between Immoweb, Belgium’s main real estate web portal, and software developers for real estate agencies (7 November 2016). In January 2015, the Auditorate had initiated an ex officio investigation into Immoweb’s practice of including MFN clauses in its contracts with developers, so that they had to offer Immoweb the more beneficial conditions afforded to competing web portals (if so). After the Auditorate preliminary found that the MFN clauses increased the cost of entry of competing real estate web portals, Immoweb proposed to unilaterally terminate the MFN clauses and refraining from including such clauses in future contracts with developers, for a period of five years. Because it was satisfied with the commitments, the Auditorate did not pursue the investigation and no finding of abuse of made. The BCA’s case followed investigations of other national competition authorities into MFN clauses in other sectors, and in particular in the travel sector (Booking.com investigations).

Contractual consequences

Where a clause in a contract involving a dominant company is inconsistent with the legislation, is the clause (or the entire contract) invalidated?

Infringing clauses will typically be considered void (Book IV of the CEL does not contain a specific provision on point).

Private enforcement

To what extent is private enforcement possible? Does the legislation provide a basis for a court or other authority to order a dominant firm to grant access, supply goods or services, conclude a contract or invalidate a provision or contract?

Private enforcement is possible in Belgium and parties may – and do – raise abuse of dominance claims before civil and commercial courts, for instance to terminate contracts (clauses) or to seek damages. While not required to bring an action, a BCA decision finding an abuse may be very useful in support of private litigation (see also question 32).

Further, parties may, under a specific and effective procedure, obtain cease-and-desist orders from the President of the Commercial Court with jurisdiction over the dispute (positive obligations are also possible). The Commercial Court President’s orders are immediately enforceable even where appealed. Parties may also obtain interim measures from the President of the BCA (see question 27).

Class actions as understood in the United States are not available in Belgium. However, a law of 28 March 2014 introduced a form of collective redress for groups of consumers, which also applies to cases seeking redress from violations of competition rules.

Dégâts

Do companies harmed by abusive practices have a claim for damages? Who adjudicates claims and how are damages calculated or assessed?

Companies harmed by abusive practices may bring claims for damages to Belgian courts, under general tort law. Companies have to prove a fault imputable to the defendant (ie, the abuse), an injury suffered by the plaintiff, and a causal link between them.

Belgium has implemented the EU Damages Directive in Book XVII, Title 3 of the CEL, which also covers abuses of dominance. It includes an irrefutable presumption that a finding of abuse in a final decision by the BCA or the Market Court constitutes evidence of fault. Infringement decisions by competition authorities from other EU member states are only prima facie evidence of wrongdoing.

Appeals

To what court may authority decisions finding an abuse be appealed?

Decisions of the BCA may be appealed to the Market Court, which has full jurisdiction to review the facts and the law. The Market Court, a special division within the Brussels Court of Appeal, was set up in 2017 to review cases of an economic nature and relating to regulated markets, such as appeals against BCA decisions, but also against decisions of the BIPT (postal and telecoms regulator), FSMA (financial regulator), and CREG (gas and electricity regulator). Settlement decisions of the BCA cannot be appealed by the settling parties.

In the past, the Court of Appeal of Brussels has shown willingness to rule against the BCA, in particular with respect to companies’ rights in the context of on-site inspections.

Unilateral conduct

Unilateral conduct by non-dominant firms

Are there any rules applying to the unilateral conduct of non-dominant firms?

Article IV.2 of the CEL only applies to dominant firms. For instance, under the ‘reflex’ or ‘mirror’ effect, conduct not prohibited under Belgian or EU competition law can generally not be prohibited as an unfair trade practice to the extent the claim against the conduct is one of impediment to the functioning of the free market (see question 1). A conduct not prohibited under Belgian or EU competition law on dominance may only constitute an unfair trade practice where it can be considered as an abuse of right (Belgian Supreme Court in Multipharma/Widmer, 7 January 2000).

Belgium has refrained from ‘adopting and applying on [its] territory stricter national laws that prohibit or sanction unilateral conduct engaged in by undertakings’ (as allowed by Regulation 1/2003). A draft bill regarding abuses of economic dependency by firms with ‘significant market positions’ is expected to be adopted in March 2019. The new rules would allow enforcement against non-dominant undertakings, similar to existing regulation in France. In view of the BCA’s limited resources, it can be expected that effective enforcement of these rules will take time.

Update and trends

Recent developments

Are changes expected to the legislation or other measures that will have an impact on this area in the near future? Are there shifts of emphasis in the enforcement practice – for example, that enforcement is expected to focus on a particular business sector in the time to come, or that, more generally, economic considerations are given greater weight than in the past?

Forthcoming changes

35 Are changes expected to the legislation or other measures that will have an impact on this area in the near future? Are there shifts of emphasis in the enforcement practice?

The BCA’s annual priority policy report flags certain economic sectors as focus areas. In 2018, these were telecoms, distribution, services to consumers and public procurement, pharmaceuticals and logistics (ports, and road, rail and water networks). Some of these sectors are likely to remain focus areas in 2019.

On the legislative front, the Belgian parliament is expected to adopt a draft law in 2019 on ‘significant market power’ that would allow enforcement against non-dominant undertakings, similar to existing regulation in France. The BCA President has stated that the enforcement of new provisions on ‘significant market power’ would require additional staff if adopted.

Dominance en Belgique – Lexology – Ou louer une BMW C Evolution
4.9 (98%) 32 votes